8 conseils clés pour bien FILMER un CONCERT

filmerunconcert

Le groupe TALISCO m’a demandé d’immortaliser leur concert à Bruxelles

Lorsqu’un artiste me propose de filmer un concert j’ai beaucoup de mal à dire non parce que j’adore faire ça. C’est pourtant un nouveau défi à chaque fois. Filmer un concert est loin d’être évident, surtout quand les budgets sont serrés. Il faut être créatif pour contourner les contraintes budgétaires et très organisé pour pouvoir mieux improviser le jour du tournage. Je partage avec toi aujourd’hui 10 conseils clés pour que ta captation de concert soit une réussite.

1. Simplicité

Un multicam de concert c’est le chaos. Je le dis à chaque fois mais quand tu filmes un concert c’est inutile de vouloir faire du cinéma. Le plus simple = le plus efficace = le meilleur résultat et SURTOUT le moins de temps en postproduction.

Découpage simple, mise en place simple. KISS comme disent les anglais : Keep It Simple Stupid. Une profession de foi ! Amen.

2. Bien choisir ses cadreurs

C’est eux qui vont faire toute la différence. J’ai eu l’occasion de travailler avec des cadreurs qui n’auraient pas réussi leur examen d’entrée à l’ERG et d’autres qui étaient diplômés de l’INSAS en tant que chef opérateur. Évidemment, la matière que tu vas recevoir au final et avec laquelle tu vas travailler sera totalement différente.

Il y a toujours des exceptions mais les bons cadreurs sont souvent bien équipés. Engage les avec :

  • Un boîtier full frame
  • Une ou plusieurs optiques série L stabilisée(s) verticale et horizontale
  • Une ou plusieurs cartes 64 Go
  • Des batteries de rechange
  • Et surtout un PIED ! Le nombre de mecs qui ont un boitier incroyable et qui n’ont pas de pied.

Un boîtier sans pied c’est comme un bon vin sans verre, un poème sans tristesse ou un guépard sans vitesse. Il faut un bon pied les gars, un bon pied !

3. Réussir ses contacts avec les interlocuteurs du concert

  • La régie. Tu as besoin de praticables à hauteur de scène pour pouvoir filmer les artistes à angle plat et un accès à ces praticables avec des marches sécurisées
  • L’ingé son. C’est lui qui va t’aider à enregistrer le son du concert. C’est aussi important, si pas plus, que l’image.
  • Le régisseur lumières. Il va falloir négocier avec lui pour avoir assez de niveau sur scène. Un cours en négociation préalable n’est pas superflu 🙂
  • La production du concert. C’est la production qui va te donner l’accès à un parking, une loge équipée avec une table et de l’électricité, des boissons et des snacks, une clé pour fermer la loge et des tickets repas.
filmerunconcert

Négociation avec le régisseur du concert de Talisco pour pouvoir placer un praticable dans la fosse. C’est le seul moyen de filmer les artistes à angle plat mais ça gêne souvent le public… Il faut donc trouver un compromis !

4. Filmer les balances

C’est mon petit truc à moi. La grande difficulté de la captation de concert c’est qu’on ne peut pas choisir le décor ni refaire la prise. Avec le public dans la salle, une fois le concert lancé on ne peut pas tout arrêter.

Filmer les balances permet d’augmenter le nombre d’angles sans gêner le public pendant le concert tout en restant dans une enveloppe budgétaire raisonnable. Pour Talisco nous étions 3 cadreurs et sur le montage final il y a 12 axes.

L’idée est de filmer tout ce qui n’est pas possible pendant le concert, c’est-à-dire les plans rapprochés, pour lesquels les cadreurs doivent être sur scène.

Pour être honnête ça marche une fois sur deux. L’artiste doit jouer le jeu. Il faut que le titre filmé soit joué au click, et ça il faut vraiment le vérifier en amont, en direct avec l’artiste. Les plans visage ne seront pas vraiment raccord, même si les artistes sont de bons comédiens, ils ne transpireront pas autant et auront moins d’énergie qu’avec le public dans la salle. Mieux vaut filmer les mains des musiciens. Attention, ils doivent porter exactement les mêmes vêtements, sinon la magie ne fonctionnera pas !

Une bonne source de plans de coupe : filmer les mains des artistes pendant les balances

5. Des horaires précis

Mon conseil principal : compter large. Il va y avoir des contretemps, du matériel défectueux ou manquant, des retards dans les balances, il faudra improviser sur le moment. Au mieux on est préparé au mieux on peut réagir. Prévoir un horaire avec une vraie pause pour manger, du temps pour vider les cartes et surtout pour se concentrer avant que ça démarre.

6. Prévoir une réunion avec les cadreurs

C’est important pour régler les boîtiers. Comme chacun a apporté le sien il faut ajuster les réglages pour ne pas trop galérer à l’étalonnage. L’idéal étant de demander aux cadreurs de le faire la veille mais il faut tout de même vérifier à chaque fois que c’est en ordre. Voici mes réglages pour un DSLR Canon :

  • 1920/25
  • Netteté : 0
  • Contraste : -4
  • Saturation : -2
  • Teinte : 0
  • Régler date et heure
  • Activer le son
  • Faire une balance des blancs

Tu pourras également leur communiquer tes envies en tant que réalisateur au niveau du cadre, des valeurs de plan que tu attends. Pour ça le mieux c’est de dessiner des croquis. Tu pourras ensuite leur expliquer tes attentes au niveau des mouvements de caméra. A l’épaule, rock’n’ roll qui bouge, statique ou avec un léger mouvement bien stable.

filmerunconcert

Le genre de croquis que j’utilise pour communiquer de manière plus efficace avec mes cadreurs

 

7. Rédiger un contrat

On l’oublie souvent, dans la précipitation des préparatifs, mais la répartition des droits et le montant du cachet doivent être négociés avant le tournage. Cela se fera en fonction de la licence d’exploitation de ces droits. Et le ping pong entre spécialistes juridique peut parfois prendre plusieurs jours.

Une journée de 12h t’attend. Ton matériel peut être cassé ou volé, tu auras ensuite un gros travail de synchro, de transcodage et puis de montage. C’est du gros taf qui demande une maîtrise réelle, une prise de risque. L’artiste va se servir des images pour gagner en visibilité. Ca va lui rapporter de l’argent. Il ne faut donc pas travailler au rabais. C’est une pratique courante dans le milieu de la musique.

La vidéo de concert est en plein boom. Le festival Coachella diffuse aujourd’hui 2 weekends de concerts en direct sur YouTube. Beaucoup d’artistes ont compris l’impact de la vidéo de concert dans leur communication. Tout le monde y gagne. Il ne faut donc pas sous-estimer ton savoir-faire. C’est l’artiste qui a de la chance de travailler avec toi et pas le contraire 🙂

8. Rédiger un rider technique

C’est un truc que j’ai compris avec l’expérience et qui me fait gagner beaucoup de temps en préparation. Le document rassemble tous les besoins d’un multicam (enfin presque tous). En l’utilisant tu n’oublieras rien et tout sera rassemblé dans un seul mail. Ça montrera ton professionnalisme pour démarrer sur une bonne note.

Voici un lien vers le rider que j’ai rédigé et que j’utilise à chaque fois. C’est gratuit! N’hésite pas à le compléter avec tes besoins et envoie-le à la salle dès que tu peux :

Clique ici pour télécharger mon rider technique spécial captation vidéo de concert

Et toi, quels sont tes envies lorsque tu filmes un concert ou lorsque tu as envie que ton concert soit filmé ? As-tu une anecdote, un conseil à partager ? Raconte-moi ça dans un commentaire, je les lis tous et j’y réponds à chaque fois!

A bientôt !

filmerunconcert

 

Olivier Juprelle, auteur/compositeur/interprète en chanson française et guitariste avant toute chose. A force d’amortir les coups sur les tournages de mes propres clips j’ai appris sur le tas et je réalise parfois des vidéos pour les artistes qui me font confiance, comme ici pour Dario Mars & The Guillotines, Talisco ou Saint-André

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Ce contenu a été publié dans Tutoriels, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *