Biographie

Après l’accouchement d’un premier EP autoproduit ayant joui d’une belle couverture de presse et d’une trentaine de dates en Belgique et en France (e.a. Botanique, Francofolies de Spa, Festival Pause Guitare…), Olivier Juprelle est de retour avec un premier album de dix nouveaux titres, plus affranchi et plus abouti.

Enregistré entre les haut plafonds du mythique Jet Studio à Bruxelles et l’ambiance feutrée d’un gîté coupé du monde, le premier opus en français de ce compositeur passionné par le jazz a été conçu dans une liberté totale de création grâce au financement participatif des internautes.

« Le bruit et la fureur » (clin d’œil à l’auteur William Faulkner qui faisait lui-même référence à la pièce de théâtre Macbeth) est un savant mélange de technologie analogique et de bricolage construit sur la trilogie oldschool basse, batterie, guitare. Les arrangements exigeants, patiemment confectionnés lors de longues nuits de veille, oscillent entre tensions retenues, ambiances feutrées et fulgurances électriques grandioses.

L’adroite conjugaison d’une voix mi-parlée mi-chantée qui semble échappée d’un film de Rhomer et de rythmes lancinants prend toute son ampleur sur les strophes puissantes cousues à même la peau par Joseph D’Anvers et Arman Méliès.

Sur ce premier disque le dandy nostalgique traque l’émotion avec une sensualité constante en évoquant la brutalité, l’insouciance, la fragilité, le détachement, le sexe, l’alcool, la solitude.

Olivier Juprelle a pu compter sur le savoir-faire de Jérôme Mardaga et les voix de Coralie Clément, Li-lo* et Auryn pour cet album qui évoque immanquablement Jacno, Daniel Darc ou Benjamin Biolay.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •